mercredi 6 janvier 2021

"Un Amour de Guerre" Olivier Keraval et Leyho. Editions Locus Solus

 

"1942, on tourne près de Rennes un film secret de propagande allemande. La jeune actrice Hélène, qui rêve de gloire , a-t-elle conscience du danger qui infuse ce drôle de milieu, le cinéma sous la Collaboration?"


Une couverture prometteuse , "Bande Dessinée inspirée de faits réels", m'attirent beaucoup. 

Anne est appelée , sa mère, Hélène, désire lui parler.

Elle fonce à l'Ehpad :  Sa mère se souvient qu'elle doit lui parler, rassemble ses souvenirs et commence à raconter. Elle est atteinte de la maladie d'Alzheimer. 

Mais la femme âgée se fatigue  et Anne comprend que c'est à elle de rassembler le puzzle pour avoir le fin mot . 

Donc, Hélène, sa mère , en  1942 , veut faire du cinéma et pousse la porte de la Continental-films  . les Allemands sont aux manettes et un drôle de film est en préparation... Il sera tourné à Corps-Nuds, près de Rennes, tel en a été décidé par tous. 

Que va-t-il se passer? La belle Hélène va-t-elle réaliser ses rêves? Et pour Anne, pourquoi est-ce important de connaitre le passé de sa mère? 

Le fait que ce soit inspiré de la réalité m'a beaucoup plu. On passe du présent au passé avec aise, le graphisme est toujours aussi plaisant (découvert dans "Chiens Bleus, Chiens Gris) . 

Je reste vague car trop en dire gâcherait le plaisir de découvrir les tenants et aboutissants de cet événement. 

Cependant, je ne connaissais pas ce pans de l'histoire , concernant le cinéma pendant l'occupation allemande. Je remercie l'éditeur pour avoir réalisé ce petit cahier explicatif à la fin qui permet au lecteur d'aller plus loin dans la connaissance de ce sujet. 

Etant passionnée par l'Histoire , je me suis régalée d'en apprendre encore et encore . De façon moins formelle qu'une biographie ou un essai, la bande dessinée  permet au lecteur de prend le temps d'en savoir plus sur ce cinéma  : Corps-Nuds, La Bretagne... et la maladie d'Alzheimer qui est présente dans cet ouvrage, de façon très agréable. Le trait de crayon de Leyho est fabuleux. 

Locus Solus, est vraiment un éditeur que j'apprécie. Son catalogue regorge d'ouvrages, de BDs de qualité. 

Franchement "Un Amour de Guerre " vaut le détour. 


Merci de tout coeur à l'Opération Masse Critique  de Babelio , et Surtout Locus Solus pour leur bienveillance. Toujours un plaisir de lire un de vos ouvrages. 







mercredi 9 décembre 2020

"La Piste oubliée" Jean-François Vivier et Beniamino Delvecchio. Editions Du Rocher

 

"1928. Le père de Foucauld est mort depuis une dizaine d'année lorsque le lieutenant Beaufort arrive à Tamanrasset. Il découvre le Hoggar et ses fascinants habitants. Bien que néophyte en ces lieux, c'est à lui qu'est confiée la mission de capturer l'assassin d'un soldat français, sous couvert de l'expédition chargée de retrouver la « Piste oubliée ». Mais le désert lui réserve bien des surprises."

Après avoir lu quelques titres du Cycle CHAMONIX , Jean-François Vivier nous emmène maintenant dans le désert du sud de L'Algérie, avec un point de départ à Tamanrasset, en 1928. 
C'est le Cycle H0GGAR , qui prend son envol pour une nouvelle trilogie dont le second tome sera " La Montagne Aux écritures". 
Roger Frisson-Roche en est bien sûr l'auteur, dans son roman paru en 1950. 
Un personnage qui marqua l'esprit français de son époque (1906/1999) pour ses talents de journaliste, d'écrivain, d'explorateur, ...
Jean-François Vivier , avec ces adaptations , nous rappelle ses grands romans d'aventures , légèrement oubliés, et ça fait du bien. Grâce au merveilleux graphisme de Beniamino Delvecchio, la magie opère. 
En effet, le lecteur suit dès le début des militaires français dans ce Fort Laperrine en 1928  et doit composer avec la population Touareg ce qui engendre des tensions. Un soldat est tué, le criminel doit être retrouvé. Se met en route une mission pour retrouver  le tueur dans une mission pour retrouver une ancienne route qui daterait du Roi Salomon. 
Le lecteur est "propulsé" dans ce passé d'occupation française d'après guerre, dans une mission à travers le désert du Sahara en passant par le massif rocheux du Hoggar (qui culmine à 2918m). Les planches sont fluides, lumineuses, les tempêtes de sables, les fléaux d'insectes, la chaleur, la pluie nous sautent en plein visage lors de la lecture. C'est une incroyable expérience de lire "la piste oubliée". Les couleurs sont fascinantes. 
Bref, une lecture qui m'a permis de m'évader et j'ai hâte d'en savoir plus avec le prochain tome. 

Merci à Masse Critique de Babelio pour leur confiance toujours renouvelée et aux Editions du Rocher. Merci de tout coeur. 








lundi 27 juillet 2020

"Les Secrets de Brocéliande" Une enquête du Commissaire Dupin. Jean-Luc Bannalec

 "Le commissaire Dupin et son équipe s'apprêtent à se détendre en forêt de Brocéliande, la plus grande de Bretagne. C'est le " dernier royaume des fées ", l'épicentre breton du fantastique. Auparavant, Dupin doit interroger pour le compte d'un collègue parisien le directeur du Centre de l'Imaginaire arthurien. Quand il se présente, il découvre un cadavre. Premier meurtre d'une série...
La victime appartenait à un groupe de scientifiques, fine fleur de la recherche arthurienne, au sein duquel règnent inimitiés, rivalités, jalousies. L'un d'eux serait-il l'assassin ? Et pour quelle raison ? La querelle autour du projet contesté de parc d'attractions sur les sites mythiques ? Une découverte exceptionnelle dont l'un ou l'autre voudrait s'octroyer la paternité ?"

Une telle couverture, "Brocéliande" , des secrets" et Jean-Luc Bannalec , que je souhaite lire depuis un moment. L'occasion m'en est donnée cet été , un vrai plaisir... 
Et oui! tout d'abord je me rends compte que le titre original est allemand?!!! Alors je fais des recherches... et je découvre que Jean-Luc Bannalec est le pseudo d'un auteur , éditeur allemand , Jörg Bong, amoureux de la Bretagne et qui écrit donc une série de policiers (ici c'est le 7ème) qui se déroule en Bretagne depuis 2012... En plus chaque année est tournée à Concarneau la série adaptée des romans dont les allemands sont friands. Ils ont été diffusés sur France 3 en 2018. 

Certains secrets résolus, je me plonge donc dans la forêt  de Brocéliande, que j'ai visité en 2019 , alors je ressors ma carte et mon guide pour suivre l'enquête: avec des visuels , c'est plus parlant et je suis plus dans l'action! J'adore! 

Je fais la connaissance du Commissaire Dupin , Nolwenn, Lieutenants Labat et Le Ber. 
Alors que le commissaire souhaite interroger Fabien Cadiou ,pour rendre service à un collègue de Paris, Jean Odinot, il le trouve mort, dans son manoir... c'est alors que le préfet le charge de l'enquête, il est sur place. 
Monsieur Cadiou a été directeur du Centre de l'Imaginaire arthurien au château de Comper et une réunion annuelle de "sept scientifiques, la  fine fleur de la recherche arthurienne"( page 38) a lieu dans les heures à venir. 
Commissaire Dupin, du commissariat de Concarneau, ne va pas compter ses heures avec son équipe et ils vont se souvenir longtemps de cette forêt pleine de légendes, de sites mythiques.
Une série de meurtres va ensuite s'enchaîner, l'obligeant à boire pas mal de café , le mettre en état d'angoisse et à écourter ses nuits.

Le parcours de l'enquête est emprunt des lieux de légendes, connus de la forêt, de l'église du Graal à Tréhorenteuc, à la fontaine de Barenton  en passant par le Val sans retour, le château de Comper, Paimpont... Tout y est avec des rappels sur Viviane, Arthur, Merlin... 
Rien que pour cet esprit légendaire que j'affectionne, j'ai passé un excellent moment. De plus, ils ont de l'humour et ce n'est pas négligeable. 
Franchement , une bonne équipe que j'ai hâte de retrouver..;

Souvenons de cette phrase "N'eus nemet un dra a bouez:chom bev a-hed e vuhez" traduisons ce breton par " La chose la plus importante dans la vie est de vivre tant qu'on est en vie". Page 281-282 

J'ai "Etrange printemps aux Glénan" dans ma Pile à lire. 
Je pense qu'il serait préférable de les lire dans l'ordre car dans ce roman , il est fait allusion à deux précédents opus et d'un souci avec sa compagne Claire ... mais à la lecture, je n'ai pas été gênée.

Je remercie de tout coeur Masse critique de Babelio pour  leur confiance sans faille et Presses de la cité pour leur générosité et leur bienveillance. 










lundi 20 juillet 2020

"Corentine" Roselyne Bachelot

1919. Le train de Paris s'arrête dans un jet de vapeur. Tailleur chic, voilette, Corentine tient sa revanche. C'est la première fois qu'elle revient en Bretagne, dans ces Montagnes noires qui l'ont vue naître et, dès l'enfance, trimer aux champs. Vendue à sept ans à un maquignon, placée à douze chez des bourgeois de la capitale, la petite paysanne illettrée en a fait, du chemin - d'humiliation en humiliation, de chambre de bonne en usine d'armement.
Viendrait l'amour. Viendrait la Marne. Un destin de combat auquel sa petite-fille, cent ans plus tard, rend ici un hommage poignant. " decitre.fr , quatrième de couverture Editions Pocket


Ce qui m'a attiré dans ce "roman/témoignage" est que Corentine est bretonne, née la même année que mon arrière grand-père breton et que je suis friande de connaissances sur leurs modes de vie. 
Corentine est née en 1890 dans le Morbihan près de Gourin et n'a pas la vie la plus facile du monde, au contraire, elle cumule même , les situations malheureuses: sa mère épuisée par les naissances, les travaux du quotidien, une santé déclinante, un père qui doit travailler tant pour nourrir au mieux cette famille . La faim , la misère, les brimades sont son lot quotidien d'enfant... 
Sa vie change quand elle est "vendue" à un marchand de chevaux pour travailler mais elle mange mieux. Elle se forge son caractère pour sa survie: elle est courageuse et une opportunité  la fait monter sur Paris, une autre vie s'offre à elle. Elle y apprend à mieux parler français, lire et écrire... Elle a une force de caractère incroyable. 
Au milieu de ma lecture, j'ai dû m'arrêter, les larmes m'ont monté très vite. Des larmes d'admiration pour cette femme qui ne lâche rien et qui croit en une vie meilleure. 
Cette vie se lit comme un roman, bien sûr, étant le huitième ouvrage de Roselyne Bachelot dont j'ai trouvé l'écriture fluide, agréable et riche de style. 
Fan de généalogie et de roman du terroir, j'ai été envahie émotionnellement par ce roman magnifique . 
Je suis encore marquée pour un moment par cette lecture, car mon arrière grand père  a aussi vécu la misère et les mêmes conditions de vie de l'époque dans une famille nombreuse, les parents journaliers  marqués par les traditions et la religion. 

Une lecture riche en empathie et émotions

Merci de tout coeur , Babelio et Masse Critique pour leur confiance ainsi que les Editions Pocket pour ce moment de lecture exceptionnel. 

Merci Roselyne Bachelot pour ce travail de témoignage qui peut parler à beaucoup de français de toutes provinces...





vendredi 31 janvier 2020

"Le château de mon père" Maïté Labat, Alexis Vitrebert. Editions La boîte à bulles

 "Comment imaginer que voici 150 ans, il a fallu toute la détermination de Pierre de Nolhac pour sortir de l'oubli le château de Versailles ?
Comme toute sa famille, Henri mène une vie de château… Et pas dans n’importe lequel !
Au château de Versailles où son père travaille. Mais grandir dans un palais ne rend pas la vie forcément plus belle, surtout lorsque votre père a décidé de dédier la sienne à cet édifice.
En 1887, Pierre de Nolhac est nommé attaché au Château de Versailles afin de veiller sur ses collections, derniers trésors d'une royauté désormais abolie. Le jeune homme a de l'ambition : rapidement promu conservateur, il veut que le palais du Roi-Soleil retrouve une place de choix dans le cœur des politiciens, des artistes, des Français tout simplement. Il mettra toute son énergie pour redonner au lieu ses lettres de noblesse... Mais à quel prix pour sa vie personnelle et celle de ses proches ?
Son fils Henri nous conte sa vie de famille et de château, un récit mêlant joies et drames, petite et grande histoire..."Synopsis Babelio.com


Tout d'abord, c'est ce résumé qui m'a intrigué et ensuite quand j'ai vu l'ouvrage, j'ai craqué: Il est d'une finition incroyable. 
Je ne connaissais pas du tout l'histoire de Pierre de Nolhac. 
Quand j'ai vu que la bande dessinée est estampillée "Château de Versailles" , j'ai pris en compte la véracité du récit. Pour moi c'est un gage de qualité tout comme les BD estampillées "Le Louvre". 

Ce roman graphique est tout en noir et blanc, les traits de crayons et les nuances de couleurs noires appuient tel ou tel mouvement pour intensifier les mouvements ou l'action des personnages. C'est fabuleux. 
Le dessin est aussi important que le texte. 
Ce roman graphique est une oeuvre rendue avec le talent et le coeur des scénaristes mais aussi du dessinateur et coloriste. ça se ressent!!!

Nous le lisons comme un roman et à travers la famille de Nolhac nous allons traverser l'histoire depuis la fin du XIXème jusqu'aux années 1930. 
Le dossier avec des photos de la famille, des explications sur la genèse de ce roman graphique est passionnante ainsi que les techniques de dessin, la façon de faire une planche... 

Bref, ce roman graphique est "une oeuvre  d'art", grâce aussi à ce personnage rempli d'énergie et d'ambition à qui le château de Versailles doit beaucoup. 

Vous aimez l'histoire et les bulles qui pétillent de relief, "le château de mon père, Versailles ressuscité," est une découverte qui ne vous laissera pas de marbre... 

Je suis plus riche de connaissances grâce à Maïté Labat (Scénario) , Jean-Baptiste Véber (Scénario) , Stéphane Lemardelé (Storyboard) et Alexis Vitrebert (Storyboard et Dessins) et Les Editions La boîte à bulles. 

Je remercie Masse Critique de Babelio .com pour leur confiance . 





lundi 21 octobre 2019

"Cent millions d'années et un jour". Jean-Baptiste Andrea

"1954. C’est dans un village perdu entre la France et l’Italie que Stan, paléontologue en fin de carrière, convoque Umberto et Peter, deux autres scientifiques. Car Stan a un projet. Ou plutôt un rêve. De ceux, obsédants, qu’on ne peut ignorer. Il prend la forme, improbable, d’un squelette. Apatosaure ? Brontosaure ? Il ne sait pas vraiment. Mais le monstre dort forcément quelque part là-haut, dans la glace. S’il le découvre, ce sera enfin la gloire, il en est convaincu. Alors l’ascension commence. Mais le froid, l’altitude, la solitude, se resserrent comme un étau. Et entraînent l’équipée là où nul n’aurait pensé aller.

De sa plume cinématographique et poétique, Jean-Baptiste Andrea signe un roman à couper le souffle, porté par ces folies qui nous hantent." quatrième de couverture. 

Sur ces quelques lignes, je me suis dit que ce roman avait des chances de me plaire... La couverture est sympa, le format est agréable, entre le poche et le grand format, bref, une découverte à faire. 
Je ne lis pas de roman sur la Paléontologie... Allez, je me lance...
Le texte aéré  et les chapitres, parfois assez courts, laisse une bonne place à la fluidité de la lecture  !
Dès les premières pages, le lecteur est confronté au style bien particulier de Jean-Baptiste Andrea : l'emploi des mots justes, des métaphores, des comparaisons, bref...de la poésie. 
La montagne va y être traitée en poésie, dans un écrin qu'est ce roman... 
Amateur de sensations alpines, de hauts sommets, de failles et de crevasses, ce roman est pour vous. Et il les aime, ces montagnes, notre auteur. 
Ici, nous allons suivre Stan qui va aller en expédition avec d'autres protagonistes que je vous laisse découvrir. Stan a la passion de son métier, jusqu'à quel point?! 
Son métier a-t-il une résonance dans son enfance, sa famille.?...Des allers retours dans le passé sont fréquents et parfois, nous pouvons perdre le fil. Alors, soyez bien attentif! 
Un roman exigent, qui demande de l'attention à la lecture mais au final, vous changera un petit peu car la famille, la montagne, la passion, la relation aux autres, les évènements, sont des ingrédients qui nous façonnent... 
Page 121: " (...)La foudre  brasille sur les cimes et les écrêtes, elle remodèle le paysage à coups d'arcs électriques sous un ciel hématome.Je songe au gamin qui s'est égaré là près de quatre-vingts ans auparavant , chassé par un orage semblable. (...). 
Différent de ce que je lis en général, j'ai apprécié l'emploi des mots, qui sont tournés et retournés de façon "acrobatique" , c'est assez agréable. 

Je remercie de tout coeur Masse Critique de Babelio pour leur confiance et les éditions L'Iconoclaste pour leur générosité . 






mercredi 7 août 2019

"Explorateurs de l'espace" M.Tognini et H. Courtois. Editions Dunod

"Alors que nous fêtons le cinquantenaire des premiers pas d'un homme sur la Lune, l'exploration spatiale est devenue pour l'humanité un nouvel enjeu de civilisation. Retourner sur la Lune est au coeur de la stratégie des plus grandes agences spatiales. Au-delà, c'est le voyage vers Mars ainsi que la découverte de milliers d'exoplanètes qui stimulent les rêves les plus fous. Comment y aller ? Les défis à relever, humains et technologiques, sont immenses. L'astronaute Michel Tognini et l'astrophysicienne Hélène Courtois explorent ici les difficultés d'un vol habité vers les confins du Système solaire. Des astronautes témoignent et nous font partager leurs plus grandes émotions en vol, ouvrant la voie, demain, au tourisme spatial"

En cet été 2019, l'espace a fait beaucoup parler de lui avec les 50 ans du premier pas sur la Lune. On l'évoque, aussi, de plus en plus avec les voyages spatiaux (tourisme spatial et voyage vers Mars).
C'est pourquoi, j'ai été inspirée pour me plonger dans cet "univers" passionnant et mystérieux. 

Page 8, les deux auteurs nous dévoilent le pourquoi de ce livre, 
"Nous représentons deux facettes de ce grand moment vers l'espace. C'est pour l'un, spationaute, la recherche de l'exploit, de la performance, de la conquête de nouveaux territoires, et pour l'autre, astrophysicienne, la quête de nouveaux savoirs, de nouvelles lois naturelles, l'exploration du monde [...] Nous sommes des explorateurs."

Des sujets tels que "à la découverte de l'espace", "Atteindre Mars et y vivre ?", "Des milliards et des milliards de planètes !" ou encore "Retour sur la Lune", cet ouvrage foisonne d'informations palpitantes sur notre Univers, notre façon de l'aborder, nos techniques pour le découvrir et y voyager. 
De plus, le lecteur pourra facilement s'y projeter grâce à un grand nombre d'illustrations (noir et blanc) qui l'éclairera au fil des pages. L'Histoire de la conquête et de la découverte spatiale sont très bien expliquées pour des lecteurs novices. La lecture prendra donc un sens divertissant mais instructif qui pourra donner une autre orientation à la vision de l'espace.

Je vous conseille vivement cette lecture "la tête dans les étoiles". Vous ne regarderez plus l'espace comme 
avant !

Je remercie de tout coeur l'opération Masse Critique, merci pour leur confiance et surtout les Editions Dunod . Merci cette excellente publication qui j'espère fera le bonheur de moult lecteurs. 


Voici d'autres avis sur Babelio.com