vendredi 29 novembre 2013

"La Lettre à Helga" Bergsveinn Birgisson. Editions Zulma.

"« Mon neveu Marteinn est venu me chercher à la maison de retraite. Je vais passer le plus clair de l’été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrímur et toi. » Ainsi commence la réponse – combien tardive – de Bjarni Gíslason de Kolkustadir à sa chère Helga, la seule femme qu’il aima, aussi brièvement qu’ardemment, d’un amour impossible. Et c’est tout un monde qui se ravive : entre son élevage de moutons, les pêches solitaires, et sa charge de contrôleur du fourrage, on découvre l’âpre existence qui fut la sienne tout au long d’un monologue saisissant de vigueur. Car Bjarni Gíslason de Kolkustadir est un homme simple, taillé dans la lave, pétri de poésie et d'attention émerveillée à la nature sauvage. Ce beau et puissant roman se lit d’une traite, tant on est troublé par l’étrange confession amoureuse d’un éleveur de brebis islandais, d’un homme qui s’est lui-même spolié de l’amour de sa vie."

A sa sortie, cette belle couverture pleine de nuances bleutées m'attirait...
Puis, j'ai ouvert ce petit roman pour lire une belle lettre à Helga, cette femme dont Bjarni fut amoureux. 
C'est l'occasion pour lui de faire un retour sur son passé et celui des Islandais d'avant guerres. 
Il est marié à Unnur, qui ne peut pas avoir d'enfant et leur ferme est voisine de celle d'Helga et Hallgrimur. 
Helga est très jolie et des désirs vont naître entre eux. 
Ces tentations vont changer le cours de leur vie, bien sûr. 
Unnur étant décédée,Bjarni, voudra écrire cette lettre à la femme qu'il aime avant de mourir. Le langage est cru et poétique à la fois. Il livrera tout de ses pensées sur le labeur des paysans islandais qui travaillaient autour des moutons, de l'hygiène, de son travail de contrôleur de fourrage et de son envie d'aider et de se sentir utile. Ces conditions de vie, il les comparera aussi à celles qu'il aurait pu vivre à Reykjavik. 
Des noms à consonance viking se trouveront de temps à autre dans son récit.
Cependant, Bjarni n'est pas un campagnard rustre et ignare. Non, non, au contraire, il aime la poésie, les livres (il s'occupe du club de lecture) et la philosophie...Il réfléchit sur la vie et livre à Helga ce qu'il en pense.
Ce qui fait de cette lettre un moment de vie intéressant et captivant.

Avec ses mots, Bjarni entraîne le lecteur en Islande des années 50,à peu près, et j'y ai ressenti le froid, le vent ou la chaleur, l'été; j'ai senti le foin de la bergerie, "la pisse", la fragrance des moutons et l'odeur de la bruyère l'été. 
C'est une lettre qui se lit d'une traite. Elle est émouvante et touchante. 
Le début semble déroutant mais au fil des pages, ce "vieillard sénile" ayant toute sa tête, je trouve, nous embarque dans sa vie avec beaucoup de sagesse .

C'est en participant aux "Matchs de la rentrée littéraire 2013 PriceMinister" que j'ai pu lire ce joli livre bleu. Merci.
Je le noterai donc à 17/20
  
  


13 commentaires:

  1. C'est un roman qu j'ai beaucoup aimé aussi. Tout en douceur...
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bonne histoire. Bien écrite. Très agréable. Bises

      Supprimer
  2. Comme toi j'ai beaucoup aimé ce livre, une fois entrée dedans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà c'est ça. Il faut y entrer dans cette lande Islandaise...Une belle lecture.

      Supprimer
  3. je suis très pressée de la lire ! j'aime ton billet !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Je te souhaite de le découvrir. Une lecture rapide mais marquante.

      Supprimer
  4. Je l'ai sur ma table de chevet. Promis, je le lis et je te dis ce que j'en pense!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente lecture, Florence. J'ai hâte de savoir ce que tu en penses. Biz

      Supprimer
    2. J'ai trouvé ce livre excellent. Je l'ai lu comme toi d'une traite... Poétique et cru à la fois, adapté à ce monde glacé et désertique islandais. Une phrase retenue : "On peut faire de grands rêves sur de petits oreillers".

      Supprimer
    3. Oh, il y aussi d'autres phrases... Notamment avec un tracteur!
      J'ai vu un reportage sur l'Islande hier soir...J'ai pensé , tout de suite, à ce roman.
      Ravie qu'il t'ait plu.

      Supprimer
    4. Oui, je me souviens. Quand il met sur un même pied sa passion pour Helga et pour son tracteur... d'une poésie rare (ironie de ma part!)

      Supprimer
  5. On voit que tu as été séduite par l'univers mis en place par l'auteur, comme moi !! J'espère qu'il va gagner ; connais-tu la date des résultats ? Bonne soirée ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui,oui, comme toi, j'attends de connaître le résultat. Je n'en sais pas plus. Merci pour ton passage ici!

      Supprimer